Poterie et tissage au Néolithique

Pendant longtemps, les hommes de la préhistoire ont utilisé des récipients naturels : des cornes d'animaux, des coquillages, des morceaux d'écorce, des pierres creuses…Vers 6000 av J.C, ils ont découvert qu'en cuisant, l'argile devenait solide.

Le Néolithique a toujours été associé aux origines de l'agriculture et à la sédentarisation des peuples, accompagnées de l'utilisation de la poterie et des outils de pierre polie.

C'est au néolithique, quand l'homme passe de nomade à sédentaire et qu'il cultive les céréales que la poterie fait son apparition. Auparavant des statuettes anthropomorphes et zoomorphes, utilisées lors de rites relevant de magie ou religion, avaient déjà été modelées dans l'argile.

Les hommes de la préhistoire modelaient les poteries à la main , à partir de boulettes d'argile écrasées ou de rouleaux ( colombins ); ils se servent également de vanneries pour les mouler. Ces poteries cuites à basses températures sont poreuses et fragiles; c'est pour cette raison qu'ils essayent de les polir avec un galet ou un bois dur pour tenter de les imperméabiliser.

La poterie néolithique était souvent richement décorée de motifs incrustés, collés ou peints. La très grande variété des formes et des décors, ainsi que la qualité et la provenance des argiles utilisées permettent de déterminer des faciès culturels. Ils faisaient des poteries pour fabriquer des récipients : des bols, des bouteilles et des plats… Les poteries leur servaient à transporter, stocker et cuisiner des aliments.

Jarre décorée d'un grand bateau Vers 3500-3100 avant J.-C.

Les vases qui sèchent au soleil sont fragiles. Pour devenir résistants, ils doivent être cuits avec un feu de bois. On les entasse en alternant les poteries crues et les branches. Ensuite, on recouvre avec de la terre et on met le feu. Souvent, quelques vases se brisent pendant la cuisson.

Vase chalcolithique. Poterie modelée aux colombins, polie au galet et cuite en "meule"

Louche chasséenne

Vase polypode

Vase à moustaches ( néolithique moyen -Montbolo)

Vase néolithique à anses à perforations verticales ( néolithitique moyen - Montbolo)

Marmite néolithique (néoltihique moyen - Montbolo)

Jarre à cordons ( néolithique final )

Vase

Au néolithique, un certain nombre d'innovations techniques apparaissent : la céramique, le polissage de la pierre ainsi que le tissage. Le tissage servait à faire des tissus. Les matières premières qu'ils utilisaient pour faire les tissus sont la laine, le coton et le lin. Avec ces tissus, ils fabriquaient leurs vêtements : pour cela, ils utilisaient des aiguilles en os, du crin de cheval et aussi du fil.

Peigne à tisser, 2500 ans avant J-C.

Les archéologues n'ont retrouvé que des poids et des galets à double encoche, ou des poids en terre cuite qui tendent les fils verticaux formant la chaîne. Cependant, on peut dire que ces métiers à tisser étaient très simples.

Le tissage des fibres végétales et animales fait son apparition

Une autre reconstitution d'un métier à tisser de l'époque néolithique.

Cédric Amina Yasmine Mégane

 

 

La poterie est un développement naturel des peuples sédentaires: en effet, les chasseurs-cueilleurs nomades du Paléolithique savaient la fabriquer, mais ne le faisaient généralement pas, sans doute parce que ces ustensiles étaient lourds et peu commodes à transporter, et qu'ils devaient leur préférer des récipients en cuir ou en osier.